Prix Voltaire de la Photographie 2020

3 septembre 2021  > 7 novembre 2021 Exposition , photographie

Parcourez l'exposition du lauréat du premier Prix Voltaire de la Photographie au Château de Voltaire !

 

 

Le Collectif Confrontations et le Centre des monuments nationaux, avec le soutien de la Caisse Locale de Gex du Crédit Agricole Centre-Est, du magazine Compétence Photo, du laboratoire Art Photo Lab, des partenaires institutionnels du festival des Confrontations Photo (Pays de Gex Agglo ; département de l’Ain et région Auvergne-Rhône-Alpes), organisent dans le cadre de la 6ème édition du festival des Confrontations Photo

le Prix Voltaire de la Photographie

Les organisateurs du Prix souhaitent apporter une attention toute particulière à une approche contemporaine et originale du portrait photographique, thème exclusif du prix. Ils visent également une large diffusion des œuvres en proposant au public de les découvrir au sein de notre patrimoine culturel.

 

Le prix s’adresse aux photographes de moins de 35 ans, issus de la Communauté européenne, de Suisse ou du monde francophone.

Si souvent exploré, le portrait photographique recèle des trésors infinis d'originalité dans son traitement comme dans son thème.

Il pourra être social, esthétique, journalistique, narcissique, plasticien, ethnique, de mode, en lumière naturelle ou artificielle, mis en scène, surréaliste, abstrait, en couleur comme en noir & blanc. 

 

Mathieu Ménard est le lauréat 2020 du Prix Voltaire de la photographie, à ses côtés Maréva Druilhe et Nuno Roque (finalistes).

Ce nouveau prix a également pour vocation de soutenir de jeunes créateurs par une dotation mais aussi en produisant puis en exposant leurs images lors d'une itinérance. 

Celle-ci a débuté par une avant-première à la galerie La Place des Photographes à Arles durant l'hiver 2021 avant l'inauguration officielle au Château de Voltaire à Ferney-Voltaire. C'est donc tout naturellement que le prix emprunte son nom à Voltaire, patriarche de Ferney, philosophe des lumières et humaniste engagé. 

L'itinérance se poursuivra au Château de Bussy-Rabutin.

 

 

 

L'exposition

Photographiques © Mathieu Ménard
 

Au travers de sa série en triptyques "Femmes de la halte", Mathieu Ménard montre ici son engagement et son désir d'aller à la rencontre de ses contemporains.

Cette présentation complexe et à la fois épurée des résidentes d'un foyer d'accueil de la région parisienne sonne juste. 

Chacune, accueillies et quelques accueillantes, pose face à elle-même, de dos puis de trois-quarts. Ces ensembles se clôturent par l'image d'un objet important, vital, souvenir ou espoir, que ces femmes, invisibles de la rue, ont choisi de montrer.

Paradoxalement, c'est cet objet qui nous amène au plus intime de ces portraits et nous ouvre ainsi un peu les portes de ce qui les aide parfois à avancer.

 

D'une construction rigoureuse et sous une lumière adéquate surlignée d'un rouge vif qui renforce les liens de la série, "Femmes de la halte" est un reportage social pour lequel le photojournaliste n'a pas hésité à assumer l'esthétisme.

Ce propos, comme cette forme nous ont séduits, car ils laissent une très forte impression d'empathie et de vérité, sans jamais tomber dans le piège du misérabilisme.

Nous aimons imaginer le sourire du patriarche de Ferney, philosophe des lumières et humaniste tellement engagé, à l'idée d'accueillir chez lui une telle exposition.

 

© Mathieu Ménard

 

« La photographie me permet de matérialiser – par une approche tant esthétique que documentaire – mon engagement sur des sujets sociétaux qui me touchent particulièrement. 

Ces femmes qui se montrent d’abord de dos, ce sont ces femmes qui vivent dans la rue et qu’habituellement on ne voit pas. Ce sont les « invisibles ». Par sécurité elles se cachent.

Le soir, elles viennent au foyer se ressourcer, se reposer. Elles y sont accompagnées et aidées pour aller vers une solution de logement pérenne et une nouvelle vie.

Aujourd’hui, ces femmes se dévoilent, posent face au public, montrent leurs visages et leurs personnalités. Dans ces triptyques, elles se révèlent de trois façons : de dos, de face et à travers un objet qui leur est cher.

Parmi ces « femmes de la Halte », il y a aussi celles qui tous les soirs, sont là pour accueillir celles qui sont hébergées, celles qui écoutent : les travailleuses sociales. Elles se sont également prêtées à l’exercice du portrait en triptyque, car toutes ces femmes ont quelque chose à montrer, à raconter d’elles-mêmes que les autres ne savent pas.

https://www.mathieumenard.fr/

 

Les finalistes 

Nuno ROQUE

© Nuno Roque
 

"Artiste pluridisciplinaire, mon travail, au ton hautement satirique, mélange photographie, cinéma, performance et musique. 

"Self-Reflection's est une série narrative d'autoportraits. Les images mettent en scène des récits satiriques et surréalistes, présentant un répertoire de quatre personnalités qui vivent en moi. 

Nous sommes tous constitués de sous-personnalités. Je traite les miennes comme des masques, des personnages archétypaux, que je nomme : The Villain, The Joker, The Prince et The Boy ; et je prends leurs portraits.

Utilisant la photographie comme forme d'écriture, les images sont toutes liées les unes aux autres.

Chaque photographie est construite comme une peinture, où chaque forme et chaque couleur sont minutieusement travaillées, et durant la production, je suis à la fois derrière et devant la caméra."

http://www.nunoroque.com/

 

Maréva DRUILHE

© Maréva Druilhe

 

Maréva Druilhe ne propose pas une série de portraits, mais un autoportrait construit tout au long de la série "Huis clos". Dans ces lieux habillés de projections se mêlent corps et âme sous l'oppressant regard des objets et acteurs de son histoire familiale...

" Fascinée par les possibilités inifinies qu'offre la photographie en terme d'exploration de soi et du monde, cela fait maintenant 15 ans que l'autoportrait est une des lignes directrices de mon travail photographique."

Série "Huis clos" : "Etre, paraitre, disparaitre". En présentant le portrait d'une personnalité en devenir, la série "Huis clos" met en lumière les méandres de la construction identitaire et floute les frontières entre les mondes.

https://regroupementdepixels.fr/ 

 

Informations pratiques

Lieu : Château de Voltaire – 1er étage

Dates : du vendredi 3 septembre au dimanche 7 novembre 2021

Horaire : Dernière entrée 1h avant la fermeture

  • 10h -18h jusqu'au 30 septembre
  • 10h - 17h à partir du 1er octobre

Tarif : Exposition comprise dans le droit d'entrée du monument

  • Tarif individuel : 8€
  • Gratuit pour les moins de 26 ans ressortissants de l’Union Européenne.

Informations au 04 50 40 53 21 ou sur chateau-de-voltaire@monuments-nationaux.fr 

MenuFermer le menu