Mézières, étoile du 9e art

Exposition en cours

Le château de Voltaire rend hommage à Jean-Claude Mézières, géant du 9e art et dessinateur de la célèbre bande dessinée « Valérian et Laureline » !

  • 10h - 17h jusqu'au 31 mars 2024

    10h - 18h à partir du 1er avril 2024

  • Exposition comprise dans le droit d'entrée du monument (détail des tarifs dans informations pratiques)
    Gratuit pour les - de 18 ans

  • Tout public

Présentation

Découvrez l’univers foisonnant du mythique dessinateur de Valérian et Laureline, Jean-Claude Mézières, à travers une incroyable collection de dessins et de planches originales issus des archives de l'auteur !


Jean-Claude Mézières (1938-2022) est un dessinateur majeur du 9e Art. Avec le scénariste Pierre Chistin, il a créé la bande dessinée Valérian et Laureline, dont la première aventure paraît dans le journal Pilote en 1967. Christin et Mézières, rejoints par la coloriste Évelyne Tranlé, signent avec Valérian un chef-d’œuvre de la science-fiction en bande dessinée. La série compte vingt trois albums, traduits dans plus de vingt pays, et adaptée au cinéma par Luc Besson en 2017.

Héritier du classicisme de Jijé et Franquin, pétri par l'influence américaine de Mad Magazine, Mézières se définissait comme un dessinateur besogneux, un « ouvrier du dessin », rarement satisfait et toujours convaincu de pouvoir faire mieux. Il a bâti sur cette exigence une œuvre rare, et incarne une référence pour des générations de dessinateurs.

Cette exposition d'envergure, la première depuis la disparition de Mézières en 2022, met en lumière comment cet artiste majeur a façonné son style, comme on livre bataille, pour parvenir à créer une œuvre qui a révolutionné la Science-Fiction en bande dessinée, et au delà...

Cet hiver, le château de Voltaire et ses partenaires vous invitent à voyager dans l'espace-temps, pour découvrir une sélection unique d’œuvres originales de Mézières : des dessins de jeunesse inédits aux planches originales muséales, en passant par ses travaux de designer pour le cinéma... Une centaine d’œuvres seront présentées, sélectionnées dans les archives de Jean-Claude Mézières.
 

Exposition présentée par le Centre des monuments nationaux, en partenariat avec Les Arts Frontières, les Éditions Dargaud, l'Office de tourisme du Pays de Gex, Delastre Films et Oblique Art Production. 

 

Projection en continue du court-métrage documentaire Un Après-midi Rue des Gobelins (13 min) retraçant l'encrage d'une case de Valérian en temps réel dans l'atelier de J.C. Mézières.

Jean-Claude Mézières

Né le 23 septembre 1938, Jean-Claude Mézières habite Saint­ Mandé et a comme plus proche voisin, son meilleur ami et collaborateur Pierre Christin.

Dès ses plus jeunes années, il dessine « avec une vision de jeune professionnel» comme le confie Pierre Christin : « il faisait des petites bandes dessinées qui m'éblouissaient. Et pour lui, c'était pour être publié. Ça allait de soi».

Cette vision, il la tient de sa découverte de Tintin : c'est un choc pour le jeune artiste en herbe qui choisit du haut de ses 10 ans de réaliser un album Tintin en Californie.

Tout au long de son adolescence, il continue son apprentissage de la bande-dessinée en découvrant l'univers de Spirou, des Chapeaux Noirs et de Jerry Spring pour aboutir à la réalisation d'un western La Grande Poursuite, album de seize pages en couleurs qu'il envoie à Hergé en espérant que ce dernier le publie dans le Journal de Tintin. Hélas, à son grand désespoir, Hergé lui adresse ses félicitations et ses encouragements mais ne publie pas son album.

À quinze ans, il entre aux Arts Appliqués, section papiers peints, et rencontre Jean Giraud qui n'est pas encore Moebius. Pendant qu'il poursuit ses études de dessin, il publie quelques récits dans Fripounet et fvfarisette, Cœurs vaillants et Spirou. Après deux ans et demi de service militaire, il travaille dans l'illustration et la publicité, mais rêve de voyager.

La parenthèse américaine

En 1965, Jean-Claude Mézières part aux Etats-Unis et travaille comme cow-boy dans un ranch entre le Montana et l'Arizona. C'est le voyage d'une vie, qui le marquera à jamais. Les mois passés au Dugout Ranch sont un rêve éveillé où la bande dessinée est en pause.

Mais le boulot de cowboy n'a qu'un temps et le jeune français se retrouve au chômage. Il décide de rejoindre son ami Pierre Christin qui est à Salt Lake City. À cette occasion, les deux amis décident de remettre le pied à l'étrier. En quelques mois, ils réalisent deux histoires courtes de six pages qui leur permettront de faire leur entrée à Pilote et surtout de payer leur billet de retour en France avant l'expiration de leur visa américain.

Valérian et Laureline, l’aventure d’une vie

En 1967, alors que la science-fiction est encore très marginale en France, Jean-Claude Mézières et Pierre Christin publient dans Pilote la première aventure de Valérian : Les mauvais rêves qui reçoit un accueil aussi inattendu que favorable. Un OVNI dans l’univers de la bande-dessinée de l’époque, à mi-chemin entre comédie et thriller, où un certain Valérian, habitant du XXVIIIe siècle, voyage dans le temps à la poursuite de criminels spatio-temporels. Le dessin est encore un peu hésitant, mais le ton est déjà là, à la fois humoristique, politique et féministe. Si Valérian donne d'abord son nom à la série, les aventures seront bientôt celles de Valérian et Laureline. Car le succès n'aurait sans doute pas été au rendez-vous sans la formidable présence de la sublime et piquante Laureline.

La série est un succès. Elle compte 24 volumes et se vend à plus de 2,5 millions d’exemplaires. Jean-Claude Mézières devient alors un pilier du 9e art. Valérian introduit dans la bande dessinée grand public des thèmes jusqu'alors ignorés : l'écologie, le féminisme, les manipulations génétiques, le pouvoir de l'argent, l'aveuglement de la technocratie... Christin et Mézières, sans avoir l'air d'y toucher, réalise une petite révolution. Ils ajoutent une dimension particulière au genre codifié du space opera, ouvrant ainsi la porte à toutes les séries actuelles de science-fiction, d'anticipation et d’heroïc fantasy. Comme l'indique Stan Barets, Valérian et Laureline « c'est l'archétype originel d'où tout procède ».

Le style Mézières

L'art de Mézières est celui de la narration graphique. Pas d’esbroufe visuelle inutile chez lui, pourtant capable, comme le disait son camarade Pierre Christin « de tout dessiner ». Le dessin, aussi beau qu'il soit, est au service de l'histoire imaginée par le scénariste. Tout dans son exécution doit concourir à créer une fluidité visuelle, à ce que le lecteur avance dans le récit sans gêne ni hésitation. Un art élémentaire, mais que peu d'auteurs de bande dessinée ont porté à un tel degré d'exigence que Mézières. Là où beaucoup des dessinateurs se perdent volontiers dans les détails de dessins purement illustratifs, Mézières épure, simplifie. Il cherche l'angle juste, réfléchit au rythme de lecture, à la manière dont le lecteur va être porté de case en case dans la planche. Il travaille en metteur en scène, avec toujours la même obsession : prendre le lecteur par la main à la première page, et ne pas le lâcher jusqu'à la dernière page de l'album. 

Mézières fut l'un des premiers à enseigner la bande dessinée en France, à l'Université libre de Vincennes, en 1973. De là est née sa réputation de pédagogue. Régulièrement sollicité par de jeunes auteurs, il aimait « ausculter » les planches et pointer du doigt non les erreurs de dessins, mais les insuffisances de la narration graphique. Des dizaines de dessinateurs sont ainsi passés entre ses mains, dont certains sont depuis devenus de grands professionnels, comme Loisel, Boucq ou André Juillard. 

 

L'auteur de Valérian a été ainsi, durant presque 50 ans, l'un des grands passeurs du 9e Art, dont le regard critique imparable était aussi redouté que recherché. 

Comité d'organisation et partenaires de l'exposition

Liste non exhaustive

Avril Tembouret, commissaire d’exposition, documentariste, auteur du catalogue d’exposition.
Pierre-Marie Jamet, commissaire d'exposition
Frédéric Lechevalier, président des librairies « Les Arts Frontières »
François-Xavier Verger, administrateur du château de Voltaire
Bruno Bourdat (directeur) et Brenda Kerharo (Conseillère en séjour, chargée d'événementiel) pour l’Office de Tourisme du Pays de Gex et sa station Monts Jura. 

Partenaires de l'exposition :