Histoire du monument

"J'ai fait un peu de bien ; c'est mon meilleur ouvrage"

Voltaire s’installe dès 1758 à Fernex, « hameau misérable peuplé de 40 sauvages ». Verdict sévère pour ce petit village de 200 âmes cerné de marécages.

Cependant, le philosophe bâtit dans ce bourg, sa cité idéale, située à la frontière, entre la France et la Suisse. En effet, Voltaire entreprend de faire assécher les marais entourant la région, de faire construire des habitations, une école, un théâtre, une fontaine, une église, de faire paver les rues de la ville, de développer l’agriculture et l’artisanat en créant des manufactures de poterie, de tuilerie, de bas de soie, et d’horlogerie.

Ici, le philosophe peut enfin s’établir et s’enraciner puisqu’il ne quitte Fernex, devenue prospère, que 20 ans plus tard.

 

Portrait de Voltaire © David Bordes / Centre des monuments nationaux

 

"Après avoir été chez les rois, je me suis fait roi chez moi"

Voltaire ne se contente pas de « faire un peu de bien », il fait bâtir sa demeure, sur les ruines d’un ancien château fort datant du 12ème siècle. De fait, l’aspect défensif n’est pas à son goût et n’est plus d’aucune utilité.

Aussi, il décide de démolir l’ancien et de bâtir « une maison commode, rustique et confortable », afin d'en faire sa résidence principale et ce, dès 1760.

Ainsi, il fait construire le corps central, soit le corps de bâtiment en 1761, par un architecte genevois, Jean-Michel Billon, en prétendant avoir construit le château « sans consulter personne ».

Cependant, Voltaire réalise rapidement que son château est trop petit pour accueillir la foule de visiteurs venant le rencontrer. En effet, le philosophe est une personnalité importante au 18ème siècle et de nombreux visiteurs affluent de toute l’Europe pour le voir. De fait, Voltaire peut accueillir plus de cinquante invités par jour et se dit « être l’aubergiste de l’Europe ».

Par conséquent, il décide de faire agrandir son château par l’ajout de deux ailes, réalisées en 1765, par l’architecte bourguignon Léonard Racle. Le château prend donc son aspect définitif dès 1766.

 

 

Château de Voltaire, façade sur cour © Colombe Clier / Centre des monuments nationaux

 

"Après Voltaire"

En 1778, Voltaire, resté plus de 30 ans en exil, rentre triomphalement à Paris. Âgé, fatigué et malade, le philosophe décède dans la capitale quelques mois suivant son arrivée.

À sa mort et au cours des siècles suivants, le domaine connait une succession de propriétaires privés. Ainsi, le lieu est remanié afin de répondre aux goûts et aux besoins de chaque époque.  De fait, les différents propriétaires embellissent, assainissent, préservent, remanient ce lieu de vie et de mémoire. Cependant, certains niveaux et espaces conservent l’empreinte du philosophe. 

En 1999, l’Etat français rachète le domaine.  Et depuis 2007, le site est géré par le Centre des Monuments Nationaux (CMN).

 

 

Parc du château de Voltaire, vue sur le Mont-Blanc © DR / Centre des monuments nationaux