À noter
Fermeture de 12h30 à 14h30 :
Du 5 au 9 novembre, du 12 au 17 novembre, le 26 novembre et du 28 au 30 novembre
Les visites commentées individuelles ne seront pas assurées durant tout le mois de novembre

Histoire du château de Voltaire

Près de la frontière suisse, le château de Voltaire construit de 1758 à 1766, accueillera pendant 20 ans l’un des plus illustres philosophes du siècle des Lumières. C’est à ce titre que la demeure est classée monument historique en 1958, puis achetée par l’État en 1999.

Titre : "Vue d'une habitation de Mr de Voltaire à Ferney" 

L'arrivée de Voltaire à Ferney

Voltaire acquiert en 1759 auprès de la famille Budé la seigneurie de Ferney qui est alors « un hameau misérable » entouré de marécages et peuplé d’à peine 200 âmes.

Pourquoi ce philosophe de renom s’installe-t-il dans ce territoire reculé ?

Cette arrivée s’inscrit dans un cadre plus général, celui de l’implantation de Voltaire dans la région lémanique. Après s’être brouillé avec le roi Frédéric II de Prusse, chez qui il séjourne de 1750 à 1753, il doit quitter les lieux et trouver une nouvelle résidence. Réputée pour ses éditeurs et son esprit de tolérance, Genève s’imposera rapidement à son esprit.

Il séjourne d’abord à Prangins et à Lausanne dans le canton de Vaud, puis en 1755 dans la maison des Délices à Genève. Il dépeint cette ville comme la patrie de la liberté.  Mais Voltaire déchante vite, cette cité protestante ne tarde pas à censurer ses ouvrages et interdit le théâtre auquel il s’adonne avec passion. Indésirable à la cour de France, bridé à Genève, Voltaire décide d’acheter deux domaines à proximité de Genève, mais en France : Ferney et Tournay afin d’y être « indépendant et parfaitement libre ».

Il déclarera encore au sujet de cette nouvelle implantation « Y-a-il un état plus heureux ? Je me trouve entre la France et la Suisse sans dépendre ni de l’un ni de l’autre » et « après être passé chez les rois, je me suis fait roi chez moi ».

"View of Voltaire's Chateau" 

La construction du château

L’acte de vente du château est conclu le 9 février 1759, au nom de sa nièce, Madame Denis.

Dès 1758, Voltaire entame les travaux et aurait eu recours aux services de Jean-Michel Billon, architecte réputé de Genève. L’aspect défensif n’étant plus au goût du jour, il fait bâtir sa demeure sur les ruines de l’ancien château fort du 12ème siècle pour en faire « une maison commode, rustique et confortable ». Le château, achevé en 1762, est agrandi dès 1765 par Léonard Racle qui lui adjoint deux ailes afin d’accueillir la foule de visiteurs qui se presse auprès de Voltaire. C’est à ce moment là que les tours et l’enceinte médiévales sont détruites.

Le château prend donc son aspect définitif en 1766.

"Vue de l'intérieur de la chambre de Voltaire" 

Le château après Voltaire

Après la mort de Voltaire, le château et une partie des meubles sont vendus par sa nièce, Madame Denis. Propriétaire des lieux entre 1778 et 1785, le marquis de Villette démembre le domaine. Il met en scène le château pour orchestrer le culte posthume du grand homme, faisant ainsi du château de Ferney le premier lieu de mémoire dédié à un écrivain en France. 

Après être revenu dans la famille Budé, le château est vendu en 1845 à M.Griolet, ancien maire du Ve arrondissement de Paris, qui est déclaré en faillite en 1847. Il bouleverse le château durant ce bref laps de temps. Il abat notamment plusieurs cloisons, modifiant la distribution d’origine.

Claude-Marie David-Missilier, propriétaire du château après 1847, rachète des terres afin de remembrer le domaine ainsi que des collections de meubles et tableaux ayant appartenu à Voltaire. Il crée un nouveau lieu mémorial dans l’ancienne salle de billard, et y réaménage la chambre. Son gendre, le sculpteur Émile Lambert (1828-1897), accomplit une part importante de son œuvre à Ferney. Il hérite du domaine en 1878 et place dans le parc plusieurs de ses créations.

Les descendants de la famille Lambert cèdent le château à l’État en 1999. L’ensemble comprend aujourd’hui le château (globalement conservé dans ses dispositions extérieures d’origine, mais largement remanié à l’intérieur), le parc dont la composition paysagère remonte pour l’essentiel au XIXe siècle, l’orangerie et le pavillon de gardien, édifiés vers 1900, et la chapelle.

Le site est actuellement géré par le Centre des monuments nationaux